Tout sur le chauffage infrarouge
Les français et les énergies renouvelables

Energies renouvelables : forte notoriété, image positive et bénéfices environnementaux reconnus

79 % des Français citent spontanément au moins une énergie renouvelable (contre 68 % en 2005). La notoriété du solaire et de l’éolien reste stable (aux alentours de 99%), celle de la géothermie (chaleur de la terre), de la biomasse (bois, biocarburant, biogaz) et de l’énergie marine augmente (75% pour la géothermie et la biomasse et 64% pour l’énergie marémotrice). L’hydraulique (barrage, courants des rivières) est connue de 94 % des Français.

Les Français sont toujours favorables à 97 % au développement des énergies renouvelables en France dont 67 % très favorables (+ 2 points depuis 2005). Parmi les énergies citées, le solaire reste l’énergie renouvelable à développer en priorité (70 % pour 69 % en 2005), suivie par l’éolien (54 % en 2008 pour 60 % en 2005). Quant à la géothermie, elle progresse de 5 points entre 2005 (19 %) et 2008 (24 %).

Les énergies renouvelables sont perçues comme respectueuses de l’environnement pour 76 % des Français (soit +5 % par rapport à 2005) mais aussi économiques pour 53 % des Français (+8 % par rapport à 2005).

Un frein majeur : le coût des installations
30 % des Français sont déjà passés à l’acte ou envisagent de le faire. Pour les autres, le principal frein reste le coût des installations. Les mesures déjà en place (crédit d’impôt) et annoncées dans le cadre du Grenelle de l’Environnement (prêt à taux zéro pour les travaux d’économies d’énergie) seront autant de facteurs incitatifs pour renforcer le passage à l’acte.

Acceptabilité du solaire et de l’éolien
- L’acceptabilité des éoliennes dans sa région (79%) ou à moins d’1 km de son domicile (62%) est stable depuis 2004. L’intégration des éoliennes dans le paysage reste l’enjeu majeur pour 63% des Français.
- L’acceptabilité de l’énergie solaire sur son propre toit est de 91 % (21 % en 2005). Cette énergie est aujourd’hui totalement reconnue pour un usage domestique. Le coût de l’installation prend dès lors, une plus grande importance et se trouve cité comme le principal frein à l’acceptabilité de cette énergie.

• Sondage réalisé en juillet 2008 par BVA.
• La synthèse du sondage est disponible auprès de TBWA\Corporate.

Le développement durable (DD) se place au cœur de l'action de l'ADEME. En nous appuyant sur notre expertise et notre réseau diversifié de partenaires, nous apportons des solutions aux entreprises, aux collectivités et aux citoyens soucieux de contribuer à l'amélioration de la qualité de l'air, la prévention de la production de déchets, la promotion des énergies renouvelables, la lutte contre la pollution des sols ou contre les nuisances sonores.

SOURCE : Communiqués de presse de l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie.